Jessica Bordeau

Chamarel « Les Barges »

Chamarel « Les Barges »

Reportage photographique et sonore · 2021

Barge, il faut bien l’être un peu pour emprunter 2,5 millions d’euros à 60 ans. C’est pourtant ce qu’ont fait Chantal, Patrick et les autres retraité·es de Chamarel. La coopérative d’habitant·es qu’ils forment ensemble est à l’image de cette bande de vieux pas comme les autres : unique, engagée et solidaire. 

Leur particularité ? Avoir imaginé et construit un lieu auto-géré, où ils peuvent prendre en main leur vieillesse tout en luttant contre la spéculation immobilière. À l’époque de la crise du logement et de la difficulté à vivre sa vieillesse dignement, Chamarel fait figure de projet pionner en France et montre qu’une autre voix est possible. Leur choix de vie est donc avant tout un choix de société, qui illustre que les sociétés coopératives d’habitant·es offrent une vraie alternative écologique et sociale au logement. On parle d’ailleurs de «troisième voie», entre location et achat.

Madeleine, Anne et Danielle répondent aux questions de deux journalistes de Ouest France, qui préparent un dossier sur l’habitat senior. L’exercice médiatique est courant à Chamarel et les habitant·es se prêtent à tour de rôle à ce dispositif rodé. À chac

 Madeleine, Anne et Danielle répondent aux questions de deux journalistes de Ouest France, qui préparent un dossier sur l’habitat senior. L’exercice médiatique est courant à Chamarel et les habitant·es se prêtent à tour de rôle à ce dispositif rodé. À chacune, les journalistes demandent une raison d’habiter ici, les réponses sont personnelles et universelles : sortir de la solitude, s’inscrire dans un collectif d’idées militantes, participer à un projet humain qui bouscule et mener une retraite active.

Son associé : 1. Origines du projet (2 min 19 sec)

 Madeleine, Anne et Danielle répondent aux questions de deux journalistes de Ouest France, qui préparent un dossier sur l’habitat senior. L’exercice médiatique est courant à Chamarel et les habitant·es se prêtent à tour de rôle à ce dispositif rodé. À chacune, les journalistes demandent une raison d’habiter ici, les réponses sont personnelles et universelles : sortir de la solitude, s’inscrire dans un collectif d’idées militantes, participer à un projet humain qui bouscule et mener une retraite active.

Son associé : 1. Origines du projet (2 min 19 sec)

C’est pour mieux retranscrire la richesse de leur aventure humaine que j’ai souhaité ajouter une dimension sonore au reportage photographique. L’exposition est donc conçu avec deux niveaux de lecture : l’image et le son.

jessbordeau · Chamarel
Le jardin qui entoure l’immeuble détonne dans ce quartier très urbanisé. Arbres et massifs verts, fleurs en tout genres et légumes de saison prennent toute leur place et attirent l’œil des riverains. Aujourd’hui, Hélène arrache des mauvaises herbes, qu’el

Le jardin qui entoure l’immeuble détonne dans ce quartier très urbanisé. Arbres et massifs verts, fleurs en tout genres et légumes de saison prennent toute leur place et attirent l’œil des riverains. Aujourd’hui, Hélène arrache des mauvaises herbes, qu’elle laissera sur place pour enrichir la terre. Entre permaculture et jardin à l’anglaise, les visions des habitant·es se confrontent et s’enrichissent.

Son associé : 2. naissance du jardin (2 min 03 sec)

Le jardin qui entoure l’immeuble détonne dans ce quartier très urbanisé. Arbres et massifs verts, fleurs en tout genres et légumes de saison prennent toute leur place et attirent l’œil des riverains. Aujourd’hui, Hélène arrache des mauvaises herbes, qu’elle laissera sur place pour enrichir la terre. Entre permaculture et jardin à l’anglaise, les visions des habitant·es se confrontent et s’enrichissent.

Son associé : 2. naissance du jardin (2 min 03 sec)

Suite à une assemblée générale, les habitant·es profitent d’un repas coopératif dans leur jardin. En dehors de ce temps lié à la gestion de la coopérative, Chamarel n’organise pas de vie communautaire. La solidarité n’est pas institutionnalisée : les sort

Suite à une assemblée générale, les habitant·es profitent d’un repas coopératif dans leur jardin. En dehors de ce temps lié à la gestion de la coopérative, Chamarel n’organise pas de vie communautaire. La solidarité n’est pas institutionnalisée : les sorties, repas ou coups de mains prennent forme naturellement et spontanément entre habitants. L’objectif, réussi, est de sortir de l’anonymat des grands immeubles, tout en préservant l’intimité de chacun.

Son associé : 3. On n'est pas un EPHAD (1 min 46 sec)

Suite à une assemblée générale, les habitant·es profitent d’un repas coopératif dans leur jardin. En dehors de ce temps lié à la gestion de la coopérative, Chamarel n’organise pas de vie communautaire. La solidarité n’est pas institutionnalisée : les sorties, repas ou coups de mains prennent forme naturellement et spontanément entre habitants. L’objectif, réussi, est de sortir de l’anonymat des grands immeubles, tout en préservant l’intimité de chacun.

Son associé : 3. On n'est pas un EPHAD (1 min 46 sec)

Assemblée générale mensuelle de Chamarel « Les Barges », durant laquelle sont présent·es habitant·es et sociétaires de la coopérative. Dès le démarrage du projet, une attention particulière été portée à l’organisation des réunions de manière à réguler le

Assemblée générale mensuelle de Chamarel « Les Barges », durant laquelle sont présent·es habitant·es et sociétaires de la coopérative. Dès le démarrage du projet, une attention particulière été portée à l’organisation des réunions de manière à réguler le pouvoir. Chantal souhaite prendre la parole, qui est gérée aujourd’hui par Hélène. Les décisions sont toujours prises au consensus, afin de limiter les frustration individuelles et de favoriser l’intelligence collective.

Son associé : 4. La prise de décision (2 min 41 sec)

Assemblée générale mensuelle de Chamarel « Les Barges », durant laquelle sont présent·es habitant·es et sociétaires de la coopérative. Dès le démarrage du projet, une attention particulière été portée à l’organisation des réunions de manière à réguler le pouvoir. Chantal souhaite prendre la parole, qui est gérée aujourd’hui par Hélène. Les décisions sont toujours prises au consensus, afin de limiter les frustration individuelles et de favoriser l’intelligence collective.

Son associé : 4. La prise de décision (2 min 41 sec)

Béatrice et Frédéric habitent l’un des deux T3 de l’immeuble. À leur arrivée dans la coopérative, les habitants achètent des parts sociales à hauteur de 30 000 euros environ. L’apport est remboursé en cas de départ ou de décès, augmenté uniquement de l’in

Béatrice et Frédéric habitent l’un des deux T3 de l’immeuble. À leur arrivée dans la coopérative, les habitants achètent des parts sociales à hauteur de 30 000 euros environ. L’apport est remboursé en cas de départ ou de décès, augmenté uniquement de l’inflation. Ce procédé militant, au cœur des coopératives d’habitant·es, ne génère pas de profit et permet ainsi de lutter contre la spéculation immobilière. Les habitants espèrent léguer à leurs enfants non pas un capital, mais des idées et une vision du monde.

Son associé : 5. Lutter contre la spéculation (1 min 45 sec)

Béatrice et Frédéric habitent l’un des deux T3 de l’immeuble. À leur arrivée dans la coopérative, les habitants achètent des parts sociales à hauteur de 30 000 euros environ. L’apport est remboursé en cas de départ ou de décès, augmenté uniquement de l’inflation. Ce procédé militant, au cœur des coopératives d’habitant·es, ne génère pas de profit et permet ainsi de lutter contre la spéculation immobilière. Les habitants espèrent léguer à leurs enfants non pas un capital, mais des idées et une vision du monde.

Son associé : 5. Lutter contre la spéculation (1 min 45 sec)

Un groupe visite l’une des deux chambres d’ami·es de l’immeuble, qui comprend salle de bain et WC privatifs. Les habitant·es peuvent la réserver pour héberger ami·es, familles ou connaissances, au tarif très préférentiel d’un euro la nuit. Il en coûte le

Un groupe visite l’une des deux chambres d’ami·es de l’immeuble, qui comprend salle de bain et WC privatifs. Les habitant·es peuvent la réserver pour héberger ami·es, familles ou connaissances, au tarif très préférentiel d’un euro la nuit. Il en coûte le même tarif pour faire tourner un lave-linge dans la buanderie collective du rez-de-chaussée. Les parties communes comptent également un local à vélo, des caves collectives et un bel atelier de bricolage bien équipé.

Son associé : 6. Visite d'un appartement (1 min 46 sec)

Un groupe visite l’une des deux chambres d’ami·es de l’immeuble, qui comprend salle de bain et WC privatifs. Les habitant·es peuvent la réserver pour héberger ami·es, familles ou connaissances, au tarif très préférentiel d’un euro la nuit. Il en coûte le même tarif pour faire tourner un lave-linge dans la buanderie collective du rez-de-chaussée. Les parties communes comptent également un local à vélo, des caves collectives et un bel atelier de bricolage bien équipé.

Son associé : 6. Visite d'un appartement (1 min 46 sec)

Les parties communes sont propices à la rencontre. Chaque étage abrite une bibliothèque thématique dont les livres ont été donnés ou prêtés par les habitants. Marcelle, Janine et Suzanne se retrouvent ici au 3e, devant les sections arts et polars. Les cou

Les parties communes sont propices à la rencontre. Chaque étage abrite une bibliothèque thématique dont les livres ont été donnés ou prêtés par les habitants. Marcelle, Janine et Suzanne se retrouvent ici au 3e, devant les sections arts et polars. Les coursives sont aménagées par les habitant·es de l’étage qui y mettent à disposition leurs jolis fauteuils ou meubles anciens, des plantes ou encore un aspirateur.

Son associé : 7. Visite des coursives (1 min 58 sec)

Les parties communes sont propices à la rencontre. Chaque étage abrite une bibliothèque thématique dont les livres ont été donnés ou prêtés par les habitants. Marcelle, Janine et Suzanne se retrouvent ici au 3e, devant les sections arts et polars. Les coursives sont aménagées par les habitant·es de l’étage qui y mettent à disposition leurs jolis fauteuils ou meubles anciens, des plantes ou encore un aspirateur.

Son associé : 7. Visite des coursives (1 min 58 sec)

La remarquable isolation thermique et phonique du bâtiment, pensée dès la construction de l’immeuble en 2017, suffit à elle seule à rendre unique le projet de Chamarel. La maquette représentant une coupe des murs est un passage obligatoire de la visite de

 La remarquable isolation thermique et phonique du bâtiment, pensée dès la construction de l’immeuble en 2017, suffit à elle seule à rendre unique le projet de Chamarel. La maquette représentant une coupe des murs est un passage obligatoire de la visite de groupe. Il sont en terre (en partie issue du terrain) et en paille (980 ballots). La conception de l’immeuble est tellement efficace que la facture annuelle de chauffage ne dépasse pas la centaine d’euros par habitant.

Son associé : 8. Un immeuble écolo (2 min 14 sec)

 La remarquable isolation thermique et phonique du bâtiment, pensée dès la construction de l’immeuble en 2017, suffit à elle seule à rendre unique le projet de Chamarel. La maquette représentant une coupe des murs est un passage obligatoire de la visite de groupe. Il sont en terre (en partie issue du terrain) et en paille (980 ballots). La conception de l’immeuble est tellement efficace que la facture annuelle de chauffage ne dépasse pas la centaine d’euros par habitant.

Son associé : 8. Un immeuble écolo (2 min 14 sec)

Grâce aux transports en commun, les habitant·es participent à la vie culturelle et sportive de Vaux-en-Velin. Théâtres, cinémas, piscines, associations et parcs sont accessibles facilement en bus ou en métro. Mais Chamarel aime également recevoir et la sa

Grâce aux transports en commun, les habitant·es participent à la vie culturelle et sportive de Vaux-en-Velin. Théâtres, cinémas, piscines, associations et parcs sont accessibles facilement en bus ou en métro. Mais Chamarel aime également recevoir et la salle commune accueille régulièrement troupes de théâtre, concerts ou expositions. Ce soir, c’est Polygône, une troupe de théâtre d’improvisation, qui se produit à prix libre. L’entrée est ouverte aux habitants du quartier ainsi qu’aux extérieurs, sur invitation

Son associé : 9. On est libres (1 min 53 sec)

Grâce aux transports en commun, les habitant·es participent à la vie culturelle et sportive de Vaux-en-Velin. Théâtres, cinémas, piscines, associations et parcs sont accessibles facilement en bus ou en métro. Mais Chamarel aime également recevoir et la salle commune accueille régulièrement troupes de théâtre, concerts ou expositions. Ce soir, c’est Polygône, une troupe de théâtre d’improvisation, qui se produit à prix libre. L’entrée est ouverte aux habitants du quartier ainsi qu’aux extérieurs, sur invitation

Son associé : 9. On est libres (1 min 53 sec)

Grâce aux transports en commun, les habitant·es participent à la vie culturelle et sportive de Vaulx-en-Velin. Théâtre, cinéma, piscine, associations et parcs sont accessibles facilement en bus ou en métro. Mais Chamarel aime également recevoir et la sall

Grâce aux transports en commun, les habitant·es participent à la vie culturelle et sportive de Vaulx-en-Velin. Théâtre, cinéma, piscine, associations et parcs sont accessibles facilement en bus ou en métro. Mais Chamarel aime également recevoir et la salle commune accueille régulièrement troupes de théâtre, concerts ou expositions. Ce soir, c’est Poly’gône, une troupe de théâtre d’improvisation, qui se produit à prix libre. L’entrée est ouverte aux habitant·es de l’immeuble ainsi qu’aux extérieurs, sur invitation.

Son associé : 10. La vie est belle (2 min 22 sec)

Grâce aux transports en commun, les habitant·es participent à la vie culturelle et sportive de Vaulx-en-Velin. Théâtre, cinéma, piscine, associations et parcs sont accessibles facilement en bus ou en métro. Mais Chamarel aime également recevoir et la salle commune accueille régulièrement troupes de théâtre, concerts ou expositions. Ce soir, c’est Poly’gône, une troupe de théâtre d’improvisation, qui se produit à prix libre. L’entrée est ouverte aux habitant·es de l’immeuble ainsi qu’aux extérieurs, sur invitation.

Son associé : 10. La vie est belle (2 min 22 sec)

Lors de l'exposition, le reportage sonore a été présenté dans un vieux téléphone à cadran hacké, qui correspondait à une volonté de restituer le son de manière low-tech. En savoir plus.

Lors de l'exposition, le reportage sonore a été présenté dans un vieux téléphone à cadran hacké, qui correspondait à une volonté de restituer le son de manière low-tech. En savoir plus.

Using Format